LOU ANNE S.

Accueil / Témoignages / LOU ANNE S.

Nous souhaitons vous présenter le retour d’expérience de Lou Anne, étudiante en deuxième année de Bachelor Marché de l’Art.
Durant cette interview, elle nous explique comment s’est déroulée l’organisation de sa première exposition.

INTERVIEW

Tu as produit ta première exposition cet été, comment as-tu vécu cette expérience ? Quelles ont été tes surprises, tes déceptions… ?

De manière générale, j’ai très bien vécu cette première expérience. J’y ai été en apprenant sur le tas, pas forcément dans le bon ordre mais j’ai vraiment beaucoup appris. J’ai été surprise et fière de pouvoir arriver au bout, et d’arriver à faire tout ce que j’avais en tête. En plus de cela, j’ai eu beaucoup de compliments et de félicitations de la part de tout type de publics. J’ai aussi été surprise d’arriver à réaliser des bénéfices. Ma seule petite déception est le fait de ne pas avoir réussi à toucher un public aussi large et diversifié que j’aurais aimé.

Quels ont été les points forts et les points faibles de cette exposition ?

Le plus gros point fort, c’est l’implication des personnes qui m’ont entourée et soutenue, sans qui j’aurais eu du mal à résoudre des problèmes efficacement. Nous avons aussi réussi à bien répartir les tâches en fonction du temps et des compétences de chacun, donc l’organisation était efficace. Nous avons réussi à monter une belle exposition en respectant les contraintes de lieu et de budget notamment.

Le point faible a été la communication, la diffusion de l’information, la publicité qui dans un contexte sanitaire pareil, et compte tenu de la durée de l’exposition, aurait dû se faire différemment.

En ayant pris du recul, comment y apporterais-tu des corrections ?

Comme je l’ai évoqué juste avant, j’aurais apporté des corrections au niveau de la publicité, prévoir d’en faire plus la veille et le jour-J, parce que les distributions de flyers les semaines précédentes n’ont rien donné. J’aurais peut-être aussi mieux organisé la communication sur les réseaux, en prévoyant tous les contenus à l’avance.

D’un point de vue plus personnel, j’essayerais dans l’avenir de plus déléguer certaines tâches, pour avoir une charge de travail et de stress moins importante.

À partir de cette expérience, que dirais-tu à un apprenant voulant se lancer dans le marché de l’art ?

De se lancer justement ! C’est sûr que le peu que j’ai vu demande beaucoup de travail, de patience et de persévérance, mais si c’est ce que l’on aime, ça vaut le coup. Je dirais aussi de bien travailler en cours, parce qu’on nous apprend à avoir un regard critique essentiel dans la production d’un bon travail dans ce milieu, d’écouter les conseils et les encouragements des professeurs et de bien s’entourer et s’organiser. Aussi et surtout d’être curieux et ouvert d’esprit, ne pas hésiter à demander, à poser des questions aux professionnels du milieu ou aux artistes par exemple, et prendre tout ce que l’on peut prendre, s’enrichir le plus possible.

Nous remercions Lou Anne pour ce retour d’expérience.
Nous continuerons à suivre des projets professionnels et lui souhaitons bonne route.

L’équipe ESMAC

Bachelor Marché de l’Art

200